Le vin de la jeune fille

Par Carolyne Parent ( Le Devoir )

Jidvei — Qu’on soit amateur de vin ou pas, il faut explorer le plateau Târnave, un haut lieu de la viticulture en Roumanie depuis plus de 2000 ans. Églises fortifiées et villages fleuris ponctuent un panorama oú la vigne court à perte de vue sur les vallons. Éblouissant! Et si d’aventure on avait une petite soif, ce terroir serait tout indiqué pour siroter «le vin de la jeune fille», fait ici de cépages blancs autochtones, les Feteasca Alba et Feteasca Regala.

JidveiComme nous sommes en Transylvanie, une terre pétrie de légendes, on aime bien raconter celle de l’origine du nom des raisins comme du vin qui en découle. Il y est question d’une jeune fille, Feticia, si laide qu’elle se voilait le visage, et d’un prince qui, ravi par son accueil et son vin, l’épousa malgré tout. Bref, au Domaine de Jidvei, le feteasca est «le vin de la jeunesse et de l’hospitalité» et il lui vaut depuis une bonne récolte de récompenses internationales.

Établi dans la commune de Jidvei depuis 1949, le domaine est le plus important producteur de vin blanc du pays. Climat oblige, ses 2100 hectares sont plantés à
95 % de cépages blancs dont les chardonnay, gewurztraminer et sauvignon blanc, en plus des autochtones.

Si le Feteasca Regala sec ou demi-sec, aux arômes d’acacia, est son meilleur vendeur, c’est tout de même un mousseux rosé à base, entre autres, de pinot noir, qui fait la fierté de l’oenologue de la maison, Ioan Buia. «C’est ma plus grande réussite professionnelle!», s’exclamet-il avant de nous y faire goûter.

Pour toute chose en Roumanie, il y a le temps d’avant la révolution de 1989 et celui d’après. Aussi, produit-on du meilleur vin aujourd’hui qu’à l’époque ?
« On faisait aussi du bon vin à l’époque communiste,
dit M. Buia. En tout cas, je me souviens que s’il se trouvait du haut de gamme dans les livraisons que les restaurants recevaient, ils se l'appropriaient pour le revendre et nous commandaient à nouveau du vin le lendemain! Aujourd’hui, c’est l'équipement qui a changé, et puis, on doit aussi se mesurer aux vins du monde entier.»

L’unité agricole à vocation viticole a été privatisée en 2000, alors qu’elle était au bord de la faillite. Graduellement, l’acquéreur a modernisé l’équipement — la plantation mécanique est maintenant assistée par GPS — et acheté les terres voisines. Tant et si bien que le domaine est passé de 700 hectares à 5000, ce qui inclut le vignoble, mais aussi les installations de vinification ultramodernes, une pépinière de plants de vigne, des vergers ainsi que des pâturages et des bâtiments pour quelque 500 moutons, 700 vaches et autres animaux de ferme. On fabrique même sur place les supports à filins sur lesquels s’agrippe la vigne.

Cetatea De BaltaÀ Cetatea de Balta, un hameau voisin de Jidvei, un beau château médiéval reconstruit au XVIIe siècle selon le modèle de celui de Chambord, en France, appartient également au domaine.

Il accueille les groupes de passage le temps de dégustations et de repas gastronomiques. On voyage en individuel ? C’est bien dommage…
Quoique pour goûter au «vin de la jeune fille» sur la terre où on le fait le mieux, nul besoin de château: une bouteille et la campagne bucolique du plateau Târnave font parfaitement l’affaire!

information